Vers une consommation heureuse

Je vous présente aujourd’hui une de mes dernières lectures : Vers une consommation heureuse, d’Elisabeth Lavigne, publié en 2014.

En résumé

Nous surconsommons dans tous les domaines : cela ne fait ni notre bonheur individuel, ni notre bonheur collectif.
Au-delà de la prise de conscience, ce livre montre la voie vers une consommation heureuse.
Chaque semaine, un Français a le choix entre 1 250 nouveaux livres, 10 nouveaux parfums, 13 nouveaux films, consomme en moyenne une boîte de médicament et 1,5 kilo de viande ! Notre volume annuel de consommation est trois fois plus élevé qu’il ne l’était en 1960. 
Nous sommes devenus accros à la consommation, et cette addiction n’est quasiment jamais questionnée.

L’auteur

Elisabeth Laville est fondatrice du cabinet Utopies, cabinet pionnier dans le conseil en développement durable pour les entreprises. Elle a également fondé l’agence « Graine de changements » et est l’auteur de plusieurs ouvrages dont « Achetons responsable ! » « L’entreprise verte », « Un métier pour la planète, et surtout pour moi ! Guide pratique des carrières du développement durable », « La vie en vert : enfant, mode, maison, bureau, loisirs : un guide des choix écologiques au quotidien ».

Ce que nous apprend le livre Vers une consommation heureuse

Dans son livre, Elisabeth Laville nous explique comment notre société s’est fondée sur le consumérisme, pourquoi la surconsommation ne nous procure aucun bonheur et propose des solutions pour consommer moins.

Consommation et bonheur

Les études sur l’économie du bonheur montrent qu’une fois dépassé un seuil minimum, la consommation ne fait pas progresser le sentiment subjectif de bien être.
Les populations les plus aisées, dès lors qu’elles ont couvert leurs besoins de base, entrent dans la consommation ostentatoire. La consommation n’a alors plus pour but de répondre à des besoins mais de nous positionner dans l’échelle sociale : consommer pour faire comme les autres.

“Les individus qui accordent le plus de valeur à la consommation et à la possession seraient presque toujours moins heureux : leur niveau d’estime de soi est significativement plus bas, la qualité des relations avec leur entourage également. Ils présentent un risque plus élevé de dépression et d’anxiété, de comportements antisociaux et de troubles de la personnalité. Enfin, ils accordent moins de temps à ce qui serait les vrais facteurs de bonheur : la famille, les amis et un travail épanouissant.”

A travers l’étude de plusieurs secteurs de consommation (la mode, les médicaments, l’alimentation, l’électronique..) Elisabeth Laville nous donne des solutions pour mettre fin à la spirale de la surconsommation.

Enfin, sa solution pour accélérer le mouvement, changer de paradigme.

Comment changer de paradigme ?

  1. Privilégier une consommation plus respectueuse de la planète et des hommes; économe en ressources, moins polluante, davantage tournée vers le progrès social, incitant à la récupération, au recyclage.
  2. Revoir les finalités de notre consommation : ne plus la considérer comme le seul et unique moyen d’atteindre le bonheur, ne pas en faire le sésame des relations sociales.
  3. Favoriser l’émergence de nouveaux modes de vie, proposant un autre équilibre entre échanges marchands et non marchands et privilégier liens familiaux et sociaux, art, sport, vie associative.

 

Tous ces sujets sont ceux que j’aborde dans le bootcamp ! La prochaine session aura lieu en septembre.

Mon avis

Il est essentiel aujourd’hui d’aborder en profondeur notre rapport à la consommation. J’ai beaucoup apprécié la lecture de ce livre très sérieux et très bien documenté. Il nous apporte un excellent éclairage très détaillé sur notre rapport à la consommation. Cependant il mériterait d’être actualisé car les chiffres datent un peu (2014).

 

Vers une consommation heureuse

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *